Le village de Tiny House de Rezé a trouvé ses habitants

Le premier village de Tiny House a trouvé ses habitants et il est à Rezé

Rezé a fait l’actualité des Tiny Houses en septembre 2019. La ville de la région Nantaise lance alors un appel à candidature pour trouver les habitants du terrain qu’elle dédie à des Tiny Houses. Une première en France. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Cette nouvelle m’a interpellé parce que c’est une première et parce que le village a été promu par une ville. Le temps passe et je n’arrive pas à trouver des informations sur le résultat de l’appel à candidature. Le projet a-t-il avorté ? Par manque d’intérêt ? Le coût de la location proposé par la ville est-il trop élevé ? Je crois beaucoup à ce regroupement de Tiny Houses et à ce mode de vie. Et je n’arrivais pas à étancher ma curiosité et étais à deux doigts de prendre mon téléphone pour appeler la mairie, jusque’à il y a quelques jours…

Juin 2019

La conseil municipal de Rezé vote en juin 2019, à titre expérimental, la création d’un village de Tiny Houses ou mini maisons. Un appel à candidature est ouvert jusqu’au 30 septembre 2019. C’est la première fois qu’une mairie prend l’initiative de dédier un terrain à ce type d’habitat. 6 700 m2 doivent accueillir entre 3 et  6 maisons dans le projet initial. 

Quelles sont les motivations de la Mairie de Rezé ?

Pour Véronique Charbonnier, adjointe au maire en charge du logement et de l’habitat, à Rezé :

« De nouveaux modes de vie alternatifs émergent. De plus en plus de personnes sont séduites par des formes d’habitats plus simples, plus mobiles, plus proches de la nature, et qui sont aussi plus accessibles financièrement. Afin de répondre à ces nouvelles attentes, la ville a décidé de réaliser, à titre expérimental, un village de mini-maisons, sur un terrain en attente d’un projet urbain. »

La mairie a reçu une douzaine de candidats qui ont pu se rencontrer afin d’initier les contacts et confronter leurs projets. Au final, 8 Tiny Houses occuperont le terrain. 

 « C’était important de les faire se rencontrer pour amorcer le lien. Certains se sont présentés en collectifs, d’autres individuellement », précise Séverine Durando, directrice du développement urbain à la Ville.

Les modalités de la location ont évolué

A l’origine, la mairie devait prendre en charge l’aménagement du terrain (environ 160 000 € selon la communication de l’époque). En échange, les futurs locataires s’acquittaient d’un loyer compris entre 250 et 300 €.

Le processus s’avère finalement plus classique : les futurs habitants prenne en charge les aménagement (accès à l’eau et l’électricité). Ils ont également à déposer un permis de construire. Quant au loyer, il passe à 60€/mois.

La durée du bail est prévue pour 10 ans. Si cette expérience aboutit, la mairie devrait la reproduire sur d’autres terrains. 

Tiny House ?

Pour rappel : Les Tiny Houses sont des petites maisons de 10 à 45 m2 qui nous viennent d’Amérique du Nord, suite à la crise des subprimes.  Généralement en bois, elles sont fixées sur un plateau mobile qui permet de les déplacer. Pour pouvoir circuler sur la voie publique sans être un convoi exceptionnel, elles doivent respecter certaines dimensions. 2,50 m de large, 4,30 de haut et 5 à 8 m de longueur, sachant que la longueur est fortement limitée par la dernière contrainte : le poids, 3,5 t. La surface la plus répandue avoisine les 15 m2 auxquels on peut ajouter une ou deux mezzanines qui servent de chambre.

Il peut être étonnant de vouloir vivre dans un si petit espace. Passer d’un 2-3 pièces de 70 M2 à moins de 20 m2 est une démarche inhabituelle. Mais c’est une tendance qui accompagne la volonté de vivre dans une maison tournée vers la nature, qui coûte moins cher à l’achat. De plus, sa petite surface, sa conception et son isolation la rendent peu énergivore. Elles sont également plus rapides à construire et accessibles à l’autoconstruction.

Et puis, si un jour le climat ne vous plaît plus, vous pouvez toujours prendre votre maison vous installer ailleurs.

Une expérience audacieuse

L’initiative de la mairie est d’autant plus novatrice que les habitants de ces mini maisons ont parfois du mal à trouver un cadre légal à leur implantation. Permis de construire, pas de permis ? Raccordement au réseau ? Un parcours du combattant qui se finit parfois par un arrangement entre particuliers.

Ce village intègre une autre conception de l’habitat, qui, si elle se répandait, pourrait avoir des conséquences inattendues.

La mairie de Rezé aurait pu dédier ce terrain à des maisons individuelles ou à un habitat collectif plus traditionnel. 

D’un coté, cela aurait pu être plus intéressant pour le budget de la mairie en densifiant l’espace habitable. Les revenus des taxes auraient été sans doute plus importantes.

D’un autre coté, la destination du terrain n’est pas définitive (10 ans) car les maisons sont mobiles. La mairie promeut également un type d’habitat sobre en énergie et en ressources naturelles.

Elle laisse les habitants s’organiser sur cet espace en privilégiant la présence d’un espace vert. Les habitants doivent s’installer courant 2020.

C’est un choix fort. Fera-t-il des émules ? A suivre…

En savoir plus :
Sur les Tiny House : [Cliquer ici]

Vous avez aimé cet article ? alors n’hésitez pas à liker et partager ! et puis laissez-nous un petit commentaire, on y répondra avec plaisir.

Partager l'article :
  •  
    10
    Partages
  • 10
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Vous êtes libre de recevoir "​​​​Panorama des maisons écologiques"