Puis-je vivre dans une kerterre ?

Qu’est-ce qui  nous attire dans une kerterre pour y vivre ? 

Il y a bien sûr les images qui circulent sur Internet. 

Elles véhiculent un mode de vie hors du temps, en contact avec la nature, en rupture avec l’habitat standard.

Ambiance kerterre
Ambiance kerterre

Pour ma part, en plus de la poésie qu’elles dégagent, c’est le mode de construction, les matériaux, et ce que cela implique, qui m’attirent :

  • La kerterre est principalement une construction écologique :
    les matériaux sont bio sourcés, abondants, sains (essentiellement chanvre, chaux et un peu de sable), quelques éléments de menuiserie. Mais ce qui rend surtout cette maison écologique, c’est sa taille.

    Les plus grandes, à ma connaissance, ne dépassent guère les 60m2. Les matériaux mis en œuvre restent limités (même si la chaux nécessite de l’énergie pour sa fabrication) et n’oublions pas qu’elle se construit sans machine, à la main.

    La fin de vie de ce type d’habitat est aussi très simple. La chaux avec le temps carbonate et redevient une forme de calcaire sans nocivité. Une simple roche maillée de végétaux.
  • Vivre dans une kerterre n’est pas une fin en soi.
    On ne vit pas seulement pour son architecture, mais surtout pour adopter le mode de vie qui y est associé.
  • La kerterre est une forme de poème, pour atteindre un niveau de sobriété élevé, vivre au contact des éléments pour les ressentir et s’en nourrir.
Kerterre le soir
Kerterre le soir

Habiter en kerterre est, en somme, une démarche philosophique. 

Lors de notre séjour, nous avons d’ailleurs été plongé dans des moments d’apaisement, qui permettent justement, au contact si proche et réconfortant d’éléments végétaux, minéraux, de la terre elle même, de se remplir de pensées, de lectures, bref, d’une vie, moins matérielle, et atteindre d’autres formes de richesses.

Mais vivre en Kerterre permet aussi de se rendre compte, de ressentir ce que nous avons oublié. 

Des gestes aussi simples que d’ouvrir un robinet, trouver et préparer des aliments, se chauffer, s’abriter, ont une valeur considérable. 

Une valeur que le mode de vie “moderne” considère comme acquise et évidente, si bien qu’on y prend plus garde. On ne connaît plus l’origine des choses, et ce qu’il faut mettre en oeuvre pour pouvoir en profiter.

Alors, peut-être par contraste avec mon quotidien, parce que mes sens sont en éveil, avec des odeurs naturelles, les éléments à mon contact ont une autre saveur.

J’ai retrouvé la satisfaction à ressentir le passage de l’eau fraîche dans la gorge, le plaisir d’apprécier des aliments quasi bruts, le contact de la laine épaisse, de marcher sur des végétaux assouplis par le temps, la fraîcheur du matin…

Tout simplement, j’y ai été heureux…

La kerterre se fond dans la végétation
La kerterre se fond dans la végétation
Arrivée au jardin jungle
Arrivée au jardin jungle

Ce que permet la Kerterre

Cette petite maison peut-être construite sans machine, à la main avec de la chaux, du sable, du chanvre, un skydome, une porte.

On peut y intégrer, électricité, plomberie, comme n’importe quelle autre maison.

Pour les meubles, on peut les sculpter avec les mêmes techniques chaux/chanvre, intégrer des éléments en bois. La limite est son imagination.

Faut-il un espace très isolé pour construire une kerterre ? Pas forcément : preuve en est la Kerterre de Nelly (nous la découvrirons dans un autre article et vidéo) qu’elle a construite dans son jardin, dans un lotissement, très proche du centre ville.

On peut très facilement laisser la nature se reconstruire autour. Couper la Kerterre de son environnement et surtout du végétal, c’est manquer sans doute l’essentiel de ce qu’elle peut nous apporter.

La kerterre permet de construire avec des matériaux, sains, non polluants.

La kerbassin, coté... bassin !
La kerbassin, coté… bassin !

Rare sont les kerterres de grande taille, donc par nature, elle nécessite peu d’énergie et de ressource pour sa construction et son exploitation.

Le poêle de la Kerterre, pour cuisiner et se chauffer au bois
Le poêle de la Kerterre, pour cuisiner et se chauffer au bois
Keretter - Préparation du soir
Préparation du soir

Sa structure et sa nature permettent de s’adapter à la taille et à la vie d’un foyer. On peut facilement rajouter une extension pour faire une chambre, ou en construire à proximité.

On peut également imaginer une kerterre par fonction. C’est d’ailleurs ce que l’on trouve à Plomeur, dans le jardin jungle : une kerterre pour dormir, une autre salle de bains, toilettes. Une autre pour se réunir, manger…

La "kertoilette"
La “kertoilette”

A quoi faut-il veiller ?
Un point extrêmement important pour son confort : la gestion de l’humidité. Nous l’abordons dans la vidéo ci-dessous.

Intégration des meubles avec la structure
Intégration des meubles avec la structure

Retour dans le monde des Kerterres.

2021 est rythmée par les conséquences de la COVID. 

Alors que nous regardions des photos de l’an passé avec ma fille, je lui ai demandée ce qu’elle aimerait faire quand nous pourrions bouger.

Sa réponse ne m’a surpris qu’à moitié. “J’aimerais bien refaire un stage Kerterre !”

C’est une excellente idée !

Nous avions suivi la base 1 (fondation et construction d’un dôme, intégration des menuiseries…) et il nous manquait les techniques des enduits déperlants, de modelage des rigoles qui canalisent l’eau…

Nelly, qui a suivi le stage avec nous en 2020, organise justement une formation chez elle, à Cognac.

L’occasion est trop tentante. Les dates sont compatibles avec notre agenda. 

C’est décidé, on s’inscrit.

Nous avons bien touché, visité, construit une kerterre. Mais nous n’avons jamais eu l’occasion de vivre dans une de ces petites maisons.

La keryourte était un magnifique exemple de réalisation par la taille et son emplacement. Nichée au coeur d’une clairière accessible uniquement par un petit chemin, elle est à l’image de ce que l’on pourrait rêver : isolée mais pas trop, dans un cocon de verdure… 

C’est donc avec une certaine nostalgie que je me remémore ces moments de découverte et de partage. Et au final, quitte à choisir un endroit pour essayer une kerterre, retourner vers à ses origines, à Plomeur, s’avère être une évidence.

Après quelques recherches, je vois qu’une kerterre, la kerbassin que nous avions visité l’année dernière, est disponible. Le voyage de ce mois de juin sera donc sous le signe des kerterres. Et nous la réservons pour quelques nuits.

Retour à Plomeur, le berceau des kerterres. Prenons rendez-vous, un anniversaire…

Je me replonge dans les vidéos des kerterres, de ma rencontre avec Evelyne Adam, de l’interview d’Evélyne Adam

Le site annonce des nouvelles formations, le groupe Facebook ne cesse de grandir. Le mouvement des Kerterres est bien lancé.

Je réalise alors qu’il serait vraiment intéressant de rencontrer à nouveau (voir la précédente vidéo) Evelyne pour lui demander où en sont ses projets (les anciens et les nouveaux). Je n’arrive pas à avoir d’informations précises pour savoir ce qu’il se passe du coté des kerterres. Ce serait l’occasion de lui demander. D’avoir le plaisir d’échanger avec elle, de partager son optimisme intarissable.

Rendez-vous est donc pris également avec Evelyne !

Un voyage : 3 temps forts autour des kerterres.

Nous sommes donc arrivés à Plomeur mi juin, pour vivre dans une kerterre et rencontrer Evelyne. Nous partirons ensuite pour cognac et apprendrons à faire les enduits de finition sur la kerterre de Nelly.

La Kerbassin

La kerbassin se trouve au milieu du jardin jungle, mais pas si loin d’un lotissement et de la route.

Pourtant, nous nous sentons ailleurs.

L’accès n’est pas aisé car la végétation luxuriante a été stimulée par la pluie et une température clémente. Nous nous glissons à travers elle et nous retrouvons face à ce vaisseau hors du temps.

La végétation dense et variée fait rempart et nous fait voyager. Il est donc possible de densifier des habitats individuels, de petites tailles, sans avoir de sensation de promiscuité.

Je vous laisse maintenant découvrir en vidéo ce que nous avons ressenti et si notre vision de la kerterre a changé (ou nous aura changé) !

Pourrait-on vivre en Kerterre ?

2 réflexions au sujet de “Puis-je vivre dans une kerterre ?”

Laisser un commentaire