Le village des Hobbit

Maison semi-enterrée, Earth Shelter, Earthship : une révélation

Pour ce premier article, voici une introduction au concept de maison semi-enterrée, aussi appelée Earth Shelter, à travers l’histoire de ma découverte. Même si le mot Earth Shelter ne couvre pas exactement la même chose, le principe est là : des habitats qui utilisent la terre et la roche comme murs et toits.

Maison semi-enterrée, la découverte, il y a une quinzaine d’années…

J’ai toujours aimé l’architecture et l’aménagement intérieur, et enfants, je rêvais de maisons dont je dessinais les plans.

… Au début des années 2000, en regardant un lotissement de banlieue, je me suis mis à imaginer un groupe de maisons qui se fondraient dans le paysage.

Un village qui fusionnerait avec le relief, des immeubles de terres, recouverts de végétations.

L’ensemble profiterait d’un paysage vallonné dans lesquels les maisons seraient intégrées. On ne verrait de l’extérieur que des baies vitrées, des skydôme. 

Plus j’y pensais, plus je voyais d’avantages : la lumière, la vue, (à mes yeux, le plus important pour un habitat), une reconnexion avec la nature et une inertie thermique qui rendent économiques ces maisons à l’usage. Les accès se feraient par le Nord. Au Sud, les ouvertures pour la vue, la captation du soleil.

Et pour les zones sans relief ? 

Je visualisais des “vagues” de maisons. Toujours au Sud, les ouvertures et baies vitrées, au Nord, le dos de la vague : une pente légère, qui partirait du toit et viendrait se fondre vers le sol. 

Ainsi, de chaque maison, on ne verrait qu’une petite colline qui serait le dos de la maison suivante, préservant l’intimité de chacun, tout en favorisant une certaine proximité. Des décaissements permettraient également de bâtir en R-1, qui donneraient sur des petites terrasses.

Les masses de terre recouvertes de végétation créeraient une atmosphère apaisante et étoufferaient les bruits environnants.

Je me mis alors à chercher sur internet pour savoir ce qui existait.

Coup de foudre ! Une évidence

C’est en visualisant des maisons utlisant ce principe que j’eus ce coup de foudre.
Mais pourquoi n’en voit-on donc pas plus ?

Exemples de réalisation : Les maisons Peter Vetsch à Dietikon erdhaus.ch :

  • Peter Vetsch Dietikon
  • Peter Vetsch Dietikon
  • Peter Vetsch Dietikon
  • Erdhaus Peter Vetsch ensemble maison semi enterree

Le projet Bogenhaus en Autriche bogenhaus.at :

  • Projet Bogenhaus - Autriche - Vue de face
  • Projet Bogenhaus - Autriche - Vue intérieure
  • Projet Bogenhaus - Autriche - Vue aérienne

La résidence des collines, centre de villégiature :

Résidence des collines, Sainte-Féréole
Résidence des collines, Sainte-Féréole. residencedescollines.com

Premier constat, ce n’est pas dans notre culture.

En france, seules les maisons troglodytes se rapprochent des maisons semi-enterrées.

Maison troglodyte. Les Alleuds, Pays de la Loire, France. photo
Maison troglodyte, Les Alleuds, Pays de la Loire, France. Photo Nicolás Boullosa

Comme peu de personnes s’y sont vraiment intéressés, la demande et un savoir-faire peu répandu n’ont pas permis de valoriser ses nombreuses qualités.

Et encore aujourd’hui, alors que l’on peut observer un regain d’intérêt, rare sont ceux qui en font la promotion. En partie pour les raisons suivantes :

Raisons techniques

  • la conception et les techniques fondamentales : une maison semi enterrée est un équilibre entre l’architecture, le choix des matériaux (pour l’étanchéité et l’aspect écologique) et la réalisation. La malfaçon, plus que tout autre type de maison, a des conséquences désastreuses sur la qualité de vie. 
  • l’étanchéité : C’est le plus grand risque. Une grande surface de murs et de toits est en contact avec la terre. 
  • l’humidité : Une maison bien conçue se ventile naturellement. Encore faut-il qu’elle le soit ! Sinon, même une ventilation mécanique ne suffit pas.
  • les a priori : outre les différents points ci-dessus, qui sont bien réels, on se dit qu’une maison sous terre va être sombre. Cette crainte du manque de lumière est pourtant contre-dite par les réalisations contemporaines : larges ouvertures vers le sud et utilisation de skydôme inondent de lumière les volumes.

Raisons économiques et légales

  • Le coût : les savoir-faire restent rares et donc chers.
  • La législation : les codes d’urbanisme incitent plutôt à la densification et à l’homogénéisation. L’obtention d’un permis de construire n’est pas évident et peut être un chemin de croix (marie, DDE, Caue, architectes conseils…)
  • Les promoteurs : mettent en avant des produits standardisés et industrialisables, en mettant en avant le rêve de la maison individuelle… et prenant peu en compte l’aspect urbanistique et le tissu social.
  • La revente : la faible notoriété et les préjugés n’en font pas aujourd’hui les biens les plus recherchés. 

Et pourtant, on en connaît tous !

Dans la culture pop, deux films ont introduit ces maisons dans l’inconscient collectif. La maison de la famille de Luke dans starwars 4, puis le 2 (les scènes ont été tournées dans le village de Matmata en Tunisie) et bien sûr le village des Hobbits du Seigneur des Anneaux. (tournage en Nouvelle Zélande).

Maison de la famille de Luke Skywalker. Matmata, Tunisie
Maison de la famille de Luke Skywalker. Matmata, Tunisie
  • La Comté, village de maisons enterrées des Hobbits
  • Village intégrée à la nature des Hobbits, décors du film en Nouvelle Zélande
  • Village des Hobbits en harmonie avec la nature

Origine des maisons semi-enterrées ou Earth Shelter.

Une maison semi enterrée est en général une maison dont le toits et les murs sont au contact de la terre. La terre donne une forte inertie thermique et rafraîchit la maison en été et la réchauffe en hiver. On estime que les premières maisons datent de 15 000 ans avant Jésus Christ. On en trouve un peu partout dans le monde, utilisant des techniques différentes. Une des plus anciennes se trouve à Skara Brae au nord de l’Ecosse (5000 ans av JC).

A partir de la fin des années 60, les expériences architecturales et les mouvement alternatifs, en quête d’un retour à la nature, font renaître les maisons semi enterrées. Leur aptitude à réduire la consommation d’énergie a été un argument en réponse à la crise du pétrole, sans doute insuffisant pour un développement à grande échelle.

En Angleterre, la première maison semi enterrée, conçue par l’architecte Arthur Quarmby a été construite à Holme, dans le west Yorkshire entre 1973 et 1975.  

Underhill at home
Underhill at home. Voir la vidéo de l’annonce de sa mise en vente. Visite de la maison avec magnifique vue sur la campagne, et qui contient aussi une piscine…

La maison la plus orginale de France en 2011, pour M6 est une maison… enterrée :

D’autres expériences

En Espagne un vaisseau dans la terre…

L’étendue des styles des maisons semi-enterrées est très large. Cela va de la maison urbaine, à la maison de star (maison de Shakira), à la maison auto construite visant à un mode de vie autonomiste.

CURVY Eco-House
CURVY Eco-House LUIS DE GARRIDO. Aussi connue comme une des maisons de Shakira. via archelle.com

Parmi les expériences qui se prolongent jusqu’à nos jours, les Earth Ship ou Geonef se caractérisent par leur radicalité :

Les Earth Ship 

Le concept a été inventé par Mike Reynolds, architecte américain promoteur de l’architecture écologique, d’écoconstruction de bâtiments autonomes, à partir de matériaux de récupérations. Plus que des habitats, Mike Reynolds propose un mode de vie alternatif visant l’autosuffisance. 

L’accélération des conséquences du réchauffement climatique et la remise en question de la société de consommation remettent au goût du jour ses idées. 

En Angleterre

En Angleterre, la Earth Ship de Brighton gérée par le Low Carbon Trust

Earthship Brighton
photo : Dominic Alves

Encore en Angleterre : la maison de Simon Dale (photos : simondale.net)

  • Simon Dale Maison semi enterree
  • Simon Dale Maison semi enterree
  • Simon Dale Maison semi enterree
  • Simon Dale Maison Earth Ship
  • Simon Dale Maison semi enterrée

Maison semi-enterrée, la maison écologique ultime ?

A ce jour, la maison semi enterrée me semble être la maison écologique ultime. Elle :

  • reconnecte avec la nature :
  • possède des propriétés d’inertie thermique et d’isolation grâce à la terre qui diminue son empreinte énergétique. La terre reste à température constante tout au long de l’année et régule la température.
  • utilise des matériaux de construction locaux, (mise à part les maisons en bétons projetés), recyclés, et bien, sûr la terre.
  • apaise : l’espace intérieur, tel un ventre, dans lequel on se ressource
  • peut être auto-construite (même si cela nécessite des compétence fortes et un engagement extrêmement forts)

Le symbole d’une réconciliation de l’homme avec la nature

En conclusion, la maison semi-enterrée symbolise un mouvement qui vise à un mode de vie symbiotique entre l’homme et la nature. Elle est à l’opposé des bâtiments qui s’imposent à leur environnement. Elle mérite pour cela qu’on s’y intéresse davantage…

De prochains articles y seront consacrées. Nous y présenterons en détails différents types de maisons semi-enterrées (earthship, maisons bulles, autoconstruite…), les architectes, les habitants.

Nous aborderons aussi leur intégration dans des ensembles plus importants. Les maisons semi-enterrées sont majoritairement nées d’initiatives individuelles. Les projets d’ensembles font figure d’utopie et ont un quasi statut “expérimental”.

Droits photos
By Archi0780 – Own work, CC BY-SA 4.0,
By Archi0780 – Own work, CC BY-SA 4.0,

Partager l'article :
  •  
    43
    Partages
  • 43
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Vous êtes libre de recevoir "​​​​Panorama des maisons écologiques"